Vins & Passions

Lors de mes dernières vacances !je me suis adonné pendant quelques jours à deux de mes passions qui ne me quitte pas depuis quelques année ,je veut parler de la photo ,mais surtout du vin ,du bon vin !! et quoi de mieux d’allier les deux ce qui permet de visiter le vignoble de prendre des beaux cliché, de rencontrer des vignerons et surtout de gouter leurs vins .c’est donc lors de la seconde journée ou avec plaisir et nostalgie que j’ai entrepris de prendre la route du vin en direction deRiquewhir ,avec une certaine idée derrière la tête ,faire un détour par Rorschwihrchez Rolly Gassmann chez lequel on trouve une palette de vin les uns plus extraordinaires que les autres entre parenthèse petit conseil d’amis ,si vous y allez emmenez l’antialcoolique de la famille ou prenez une chambre d’hôtel dans le coin ,je ne vais pas tous vous les énumérez mais si je peut vous en conseillez un ce sera l’auxerrois Moenchreben, qui pour moi résume tout le savoir faire de ce vigneron qui parvient à tirer le meilleur parti ,en signant des vins d’une richesse étonnante et dont les sucres résiduels ,bien présents ,s’effacent la plupart du temps derrière leur impressionnante Harmonie ,la signature d’un grand artiste ,qui figure d’ailleurs sur la carte d’établissements renommé sur toute la planète .

Rolly gasmannw

Publicités

On m’avait prévenu

images-1

On m’avait prévenu. On m’avait dit : Tu verras elle est vraiment extraordinaire !Et quand je l’ai vue, seule qui m’attendait pour notre rendez-vous,c’est vrai que j’ai ressenti un choc.

Sa robe lui allait merveilleusement bien, d’habitude je n’attache pas une importance exagérée à ce genre de détails,mais là,vraiment elle était parfaite.

La couleur,la tenue,le mouvement,les reflets,tout y était,tous concouraient à la mettre en valeur,à la promesse d’autres bonheurs,plus tard,sans doute, sûrement.

Nous avons flirté ,Oh sagement ,du moins au début !

Nous nous sommes rapprochés ,jaugés ,soupesés.

Nous savions que nous étions là l’un pour l’autre ,on nous avait organisé ce rendez-vous,des amis bien intentionnés .

Et puis est arrivé ce qui se produit parfois ,un moment de vrais bonheurs ,subitement il n’y avait plus de barrières ,plus de gênes ,plus de questions,le silence ,nul besoin de paroles

son parfum enivrant  m’enveloppait ,et je n’ai pu résister .

Je l’ai soulevait de terre pour mieux la sentir et mes lèvres l’avait rencontré , du velours ,Soyeuse ,Douce ,Tendre et pourtant fraîche et frémissante .

Et ma langue n’avait pu faire autrement que de suivre le chemin où la menaient mes lèvres impatientes

Elles avaient rencontré des sensations inouïes.

Sous la fraîcheur une chaleur torride ,un ouragan de frissons,une symphonie de vibrations ,un maelström de tendresse ,la preuve de l’existence de Dieu.

Et l’envie de la prendre encore et encore ,et que jamais ne s’arrête .

Et curieusement l’envie, c’était peu à peu apaisé d’elle-même,calmé, reposé ,emporté doucement par le souvenir de ce fabuleux tumulte .

Et ce souvenir semblait se suffire à lui même ,toujours immobile et toujours en mouvement.

Les yeux encore dans le vague ,j’ai aperçu un brin de paille,qui était resté accroché à sa robe .

En me penchant pour l’écarter doucement ,j’ai vue une étiquette ,comme il arrive parfois qu’on en entrevoie sur les robes les plus somptueuses , Château D’ YQUEM 1975

nous avons recommencé.

UN verre de PALO FINO

Chez moi une journée  qui se termine bien, comporte toujours un verre de PALO FINO, vous me direz c’est quoi. Petites explications (copié sur Wikipédia, qui à mon sens est une véritable mine d’or)

Les xérès sont des vins blancs de Denominación de Origen (DO), produits dans le sud de l’Andalousie. Ces vins sont mutés à l’eau de vie  pour obtenir deux grandes catégories : les fino pour lesquels est fait un ajout d’alcool à 15, 5°, et les olorosos, à 18°. Ils sont fort appréciés des Britanniques, qui leur ont donné le nom de sherry ou sack. Le vinaigre de Xérès est également produit à partir de ces vins.

Voilà je pense que ceci vous éclair .J’ai un faible pour ce vin depuis là toute première fois ou je l’ai gouté essayer c’est un vin qui surprend au premier abord, mais qui en général sait conquérir tous les palais, en été à l’ombre d’une tonnelle un verre de Fino en apéritif, vos fera oublié tous les mauvais moments d’une journée.

D’ailleurs cette citation de Shakespeare dans Falstaff résume bien les bienfaits de ce breuvage,( à consommer avec modération) : « Un bon xérès a deux effets : d’abord, il monte au cerveau, éloigne les tristes et sottes pensées qui l’enténèbrent, délie la langue et l’esprit ; ensuite, il réchauffe le sang et en chasse la pusillanité et la couardise. »

DSC01281

voyage

Me voilà tranquillement assis à la terrasse de ce bistrot au coeur de Villa Nova de Gaia en train de siroter un Porto blanc . En me penchant pour humer le vin,j’y retrouve des arômes un peu anisés qui me rappellent le fenouil,avec une petite touche de boiser ;sublime en apéritif.
La place minuscule en face du café garde une touche de colonies lointaines,dans l’un des derniers jardins au bout de l’Europe,dont les palmiers sont les remparts d’une douce nostalgie.
Il est dix-neuf heures,la chaleur descend doucement et la soirée,exhale délicatement des parfums plus discrets qui n’avaient pas droit de cité dans la fournaise du plein soleil.
Hier encore je me promenais dans ces vignes,plantées à flanc de collines, schisteuses,ces vignes qui on prit pied dans cette terre rouge du Douro ,cette terre montée à dos d’hommes.
J’observais ces hommes ,durs à la tache,construisant des terrasses si précieuses pour ces vignes.
Et puis il y à ces ceps offrants à l’ardeur du soleil des grappes généreuses . Parfois encore foulées aux pieds dans ces cuves en pierre qu’on appelle (lagares).
C’est beau c’est ancestral et fatiguant,mais ce geste n’est que le début de ce qui va donner un des plus grands vins du monde.
Cette après-midi fut le couronnement de mon voyage : les chais de Porto,ce haut lieu du culte de Bachus .
Les lourdes portes cloutées des chais recèlent des secrets bien gardés ;y, pénétrer relève de l’acte religieux ……
Rien n’est laissé au hasard ;Au fond de ces caves, les fûts lourdement chargés, et les bouteilles empoussiérées grises de plusieurs années de repos évoquent le château de la belle au bois dormant
Le silence épais,l’air frais,alourdi par des années de repli et d’obscurité rendent l’instant sacré.
Le rituel de la dégustation se déroule dans une allée sombre ou les fûts dorment d’un puissant sommeil. Oser troubler cette sérénité c’est se reconnaître le droit et surtout le privilège de toucher au précieux nectar . Je le regarde le respire et tout pétri de respect je le porte à la bouche,le Porto libère ses arômes comme une fleur dans une serre.
Généreux capiteux lourd de tous ce soleil engrangé,c’est un vin très sombre,d’une concentration quasi unique au monde,d’une puissance rare dans sa jeunesse,avec des tanins féroces . Mais après quinze ou vingt ans de repos en bouteille,quelle récompense,voluptueux,sensuel,c’est un feu d’artifice d’arômes et d’épices que je retrouve en bouche et qui se prolonge indéfiniment .